suivez-nous sur Facebook Instagram
english

Accueil  / Catalogue  / Nuit blanche, magazine littéraire. No. 150, Printemps 2018

Nuit blanche, magazine littéraire. No. 150, Printemps 2018

Vie littéraire et imaginaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

À télécharger Disponibilite_info
À télécharger

Éditeur : Nuit blanche, le magazine du livre Date de parution : 04 septembre 2018 EAN13 / ISBN :

9782924611111

Couverture du livre Nuit blanche, magazine littéraire. No. 150, Printemps 2018 - Leclerc Suzanne - 9782924611111
feuilleter
agrandir
À télécharger Disponibilite_info
À télécharger

Ce qu’en dit l’éditeur
Panoramas et analyses fouillées, voix émergentes et écrivains confirmés, (re) découvertes et textes de création, la revue Nuit blanche présente dans son numéro printanier le premier dossier de la série « Vie littéraire et imaginaire… » qui explorera chaque fois une région différente sous la loupe de sa littérature. Pour cette première, c’est du Saguenay–Lac-Saint-Jean qu'il est question et de ses territoires forestiers, maritimes ou urbains que les auteurs s’approprient et dont ils forgent l’imaginaire. Retrouvez aussi dans ce numéro Le Lactume de Réjean Ducharme, le regard tantôt caustique, tantôt amusé du poète Paul Bossé sur la société acadienne, Les pieds dans la mousse de caribou, la tête dans le cosmos de Jean-Yves Soucy : ouvrage en forme de bilan publié en février dernier à titre posthume et l’œuvre de David Treuer, le « conteur ojibwé ».
Biographie
François Ouellet est professeur titulaire de littérature à l’Université du Québec à Chicoutimi. Il est aussi directeur de la collection « Sillage » aux Éditions Nota Bene, membre du Conseil d’administration du CIEF et membre régulier du centre de recherche Figura, du Comité de lecture de la revue Aden. Paul Nizan et les années trente, du Comité de rédaction de la revue Nuit Blanche entre autres et de l’association des Amis de Jean Prévost. Il est spécialiste du roman français de l’entre-deux-guerres, du roman québécois contemporain et de la littérature franco-ontarienne, notamment de l’œuvre de Daniel Poliquin. Il a publié une vingtaine d’ouvrages.
Auteur de plusieurs romans, d’un recueil de poésie, d’une comédie musicale, d’un essai (Le réflexe d’Adam, où il questionne le malentendu originel entre les hommes et les femmes), chroniqueur, critique, animateur, organisateur d’événements à caractère littéraire, Yvon Paré demeure une voix originale dans le Québec contemporain.
Paul Kawczak est né le 12 novembre 1986 à Besançon, dans l’est de la France. Ses études littéraires l’ont mené en Suède puis au Québec. Avec le goût de l’exil lui est venu celui de l’écriture, comme forme de retour.
Consultante en gestion internationale depuis une trentaine d’années, spécialisée en management des organisations, Michèle Bernard travaille surtout en Europe, aux États-Unis et au Québec. Titulaire d’un diplôme de MBA de HEC-Montréal, elle mène en parallèle une carrière de chargée de cours dans le milieu universitaire québécois et européen et une autre de journaliste. Ses articles portent essentiellement sur la géopolitique et l’expression culturelle des pays d’Europe centrale. Michèle Bernard publie aussi des entrevues d’auteurs et des commentaires de lecture pour le magazine littéraire Nuit blanche.
Québécois de naissance et Acadien d'adoption, David Lonergan a enseigné au secondaire (1966-1975), cofondé deux troupes de théâtre professionnel (La Famille Corriveau à Longueuil, 1973-1977; Pince-Farine en Gaspésie, 1978-1992) pour lesquelles il écrit (seul ou en collectif) une vingtaine de pièces dont «Les Otages» (1987). Parallèlement, il travaille dans des journaux, à la radio et à la télévision, et publie divers ouvrages dont «Blanche» (roman, 1989) et «La Bolduc, la vie de Mary Travers» (1992). En 1994, il déménage à Moncton où il travaille pour différents organismes culturels. Depuis 2001, il enseigne le journalisme et l’histoire du théâtre à l’Université de Moncton. Il a publié «La création à cœur : l’histoire du théâtre l’Escaouette» (2000), «L’homme qui était sans couleurs» (2003), et participé à la création d’«Ode à l’Acadie» (2004) comme recherchiste et auteur des textes. Depuis novembre 1994, il tient une chronique sur la production culturelle acadienne dans le quotidien L’Acadie Nouvelle, et a publié plusieurs articles sur la littérature.
Valérie Forgues écrit depuis toujours. Sa plume habile et colorée entraîne le lecteur avec une lucidité et une sensibilité qui ne laissent personne indifférent. Entre le calme et la tempête, la joie et le chagrin, la vie et la mort, cette poète et écrivaine ne sait que choisir. Son œuvre est ainsi porteuse d’une variété d’émotions qui évoquent avec justesse la richesse et la complexité de l’existence. Après avoir publié poèmes et nouvelles, pour lesquels elle a remporté divers prix et mentions (finaliste pour le prix littéraire Radio-Canada en 2009 ; mention spéciale du jury et prix de la Confemen aux Jeux de la Francophonie en 2009 à Beyrouth ; mention au Prix Piché de Poésie de l’UQTR et au Festival International de Poésie de Trois-Rivières ; deuxième prix au concours Pleins yeux sur la nouvelle de la Société littéraire de Charlesbourg en 2008, mention au Prix Brèves littéraires de la Société littéraire de Laval en 2007), Valérie Forgues présente son premier roman.
Lucie Hotte est professeure titulaire au Département de l'Université d'Ottawa où elle aussi titulaire de la Chaire de recherche sur les cultures et les littératures francophones du Canada. Ses recherches portent sur ses trois principaux champs d'intérêt : les théories de la lecture, les littératures minoritaires et l'écriture des femmes. Elle s'intéresse aussi à la réception critique des œuvres d'écrivains marginaux. Elle a beaucoup publié sur les littératures franco-canadiennes et les enjeux institutionnels propres aux littératures minoritaires. Son plus récent ouvrage, «René Dionne et Gabrielle Poulin : œuvres et vies croisées» (Éditions David, décembre 2014), qui porte sur les œuvres du critique littéraire franco-ontarien, René Dionne, et de la critique, romancière et poète, Gabrielle Poulin, s’est mérité le Prix du meilleur livre de l’APFUCC. Elle travaille présentement à un projet de recherche subventionné par le CRSH portant sur les réseaux littéraires franco-canadiens entre 1970 et 2010.
Bruno Lemieux est né à Sherbrooke. Professeur de littérature et de communication depuis plus de 20 ans, il s’intéresse à la production contemporaine et à la transmission de la culture ; à cet égard, il compte parmi les fondateurs du Prix littéraire des collégiens. Au fil des ans, il a animé des causeries littéraires, tant à Montréal et Québec qu’en région, et collaboré aux Correspondances d’Eastman. Sur le plan de la création littéraire, il privilégie les textes courts, des nouvelles et des suites de poésie qu’on peut lire dans diverses revues. Photo : Sylvain Martel
Judy Quinn est l'auteure de trois recueils de poésie parus au Éditions du Noroît : L'émondé (2008), Six heures vingt (2010) et Les damnés inflationnistes (2012). Son premier roman, Hunter s'est laissé couler, a remporté le prix Robert-Cliche 2012.
Du même auteur
Recherche
Recherche détaillée
Catalogue
Livraison gratuite
Certificats cadeaux
Top 5 - meilleure vente
  1. Couverture du livre Je veux une plume - Casabonne JF & Chevalier M. - 9782924720844
    Je veux une plume Casabonne JF & Chevalier M. 24,95 $
  2. Couverture du livre Lambeau (Le) - Lançon Philippe - 9782072689079 version électronique disponible
    Lambeau (Le) Lançon Philippe 37,95 $
  3. Couverture du livre Meurtre du commandeur (Le) 1 - MURAKAMI HARUKI - 9782714478382
    Meurtre du commandeur (Le) 1 MURAKAMI HARUKI 32,95 $
  4. Couverture du livre Nous qui n'étions rien - THIEN MADELEINE - 9782896943302 version électronique disponible
    Nous qui n'étions rien THIEN MADELEINE 32,95 $
  5. Couverture du livre Vingt-trois secrets bien gardés - TREMBLAY MICHEL - 9782330119294
    Vingt-trois secrets bien gardés TREMBLAY MICHEL 14,95 $

Logo_gallimard_footer
Paprika
© 2001-2018 - Gallimard Montréal