suivez-nous sur Facebook Instagram
english

Accueil  / Catalogue  / Nuit blanche, le magazine du livre. No. 129, Hiver 2012-2013

Nuit blanche, le magazine du livre. No. 129, Hiver 2012-2013

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

À télécharger Disponibilite_info
À télécharger

Éditeur : Nuit blanche, le magazine du livre Collection : Nuit blanche, le magazine du livre Date de parution : 02 décembre 2013 EAN13 / ISBN :

9782981417527

Couverture du livre Nuit blanche, le magazine du livre. No. 129, Hiver 2012-2013 - Leclerc Suzanne - 9782981417527
feuilleter
agrandir
À télécharger Disponibilite_info
À télécharger

Ce qu’en dit l’éditeur
En couverture, la célèbre Vague de Hokusai propose une incursion dans le Japon actuel et passé. Vincent Thibault, dans « Passerelles et possibles », célèbre le grand Haruki Murakami avec son regard de jeune écrivain ayant séjourné au Japon. De même, Mille automnes de Jacob de Zoet de Simon Roy évoque le Japon absolument fascinant d’une autre époque tel que dépeint par David Mitchell. Deux articles sont consacrés à l’écrivain et traducteur franco-ontarien Daniel Poliquin et François Ouellet présente son admirable dernier-né, L’historien de rien. À lire aussi : un texte d’Élisabeth Vonarburg qui se prête au jeu du « Livre jamais lu » ainsi qu’un article sur la vie et l’oeuvre du poète d’origine acadienne Fredric Gary Comeau.
Biographie
Consultante en gestion internationale depuis une trentaine d’années, spécialisée en management des organisations, Michèle Bernard travaille surtout en Europe, aux États-Unis et au Québec. Titulaire d’un diplôme de MBA de HEC-Montréal, elle mène en parallèle une carrière de chargée de cours dans le milieu universitaire québécois et européen et une autre de journaliste. Ses articles portent essentiellement sur la géopolitique et l’expression culturelle des pays d’Europe centrale. Michèle Bernard publie aussi des entrevues d’auteurs et des commentaires de lecture pour le magazine littéraire Nuit blanche.
Militante indépendantiste de la première heure, Andrée Ferretti s'est tournée vers l'écriture au début des années quatre-vingt. L'analyse historique, la réflexion philosophique et l'œuvre de fiction ont peu à peu remplacé les discours politiques; sans rupture toutefois puisque, chez elle, l'œuvre n'existe qu'enracinée dans une lutte contre toute forme de domination.
Elle a remporté le prix Alfred-DesRochers pour son roman Bénédicte sous enquête paru chez VLB éditeur en 2008.
Écrivain, traducteur littéraire et interprète de conférence (espagnol-anglais-français), Louis Jolicœur est professeur titulaire au programme de traduction de l’Université Laval. Il a publié une quinzaine de livres (traductions, récits, recueils de nouvelles et romans) ainsi qu’une trentaine d’articles scientifiques, essentiellement sur la traduction littéraire.
François Ouellet est professeur titulaire de littérature à l’Université du Québec à Chicoutimi. Il est aussi directeur de la collection « Sillage » aux Éditions Nota Bene, membre du Conseil d’administration du CIEF et membre régulier du centre de recherche Figura, du Comité de lecture de la revue Aden. Paul Nizan et les années trente, du Comité de rédaction de la revue Nuit Blanche entre autres et de l’association des Amis de Jean Prévost. Il est spécialiste du roman français de l’entre-deux-guerres, du roman québécois contemporain et de la littérature franco-ontarienne, notamment de l’œuvre de Daniel Poliquin. Il a publié une vingtaine d’ouvrages.
Judy Quinn est l'auteure de trois recueils de poésie parus au Éditions du Noroît : L'émondé (2008), Six heures vingt (2010) et Les damnés inflationnistes (2012). Son premier roman, Hunter s'est laissé couler, a remporté le prix Robert-Cliche 2012.
Simon Roy enseigne la littérature au Collège Lionel-Groulx et se dédie avec un sincère intérêt aux activités du Prix littéraire des collégiens. Il est l’auteur d’une courte nouvelle noire, « Fosse », parue dans la plus totale indifférence en juin 2003 (XYZ). En plus de collaborer à la revue Lurelu (chronique Des livres à l’étude) et à Nuit blanche, il fait paraître des critiques dans Alibis et à l’occasion dans Solaris. Par un lundi après-midi sûrement pluvieux, Simon Roy souhaite être inhumé au son des spirales musicales de Godspeed you ! black emperor dans son village natal de Saint-Alexis-de-Montcalm. Son regretté grand-père y fut fossoyeur à l’époque.
Vincent Thibault est l’auteur d’une dizaine de livres (romans, récits, nouvelles et essais), en plus d’enseigner à l’Académie québécoise d’art du déplacement à Québec.
Journaliste, critique, essayiste, observateur attentif de la société contemporaine, Laurent Laplante est très actif dans le monde des lettres au Québec.
Psychanalyste, traducteur et professeur de littérature. Il a fondé et dirige la collection « Voix psychanalytiques» (Liber). Il a publié plusieurs articles dans les domaines de la littérature et de la psychanalyse. Il a dirigé, parmi d’autres collectifs A literatura soberana (Iluminuras, 2010) et a publié Estética e política do romance contemporâneo (UFRGS, 1995), ainsi que S.I. Witkiewicz. La poétique de l’inassouvissement (Balzac, 1995). Il a édité les oeuvres du Père Noël Mailloux et de François Peraldi et a fait paraître des traductions de Réjean Ducharme, de Francis Ponge et de Jacques Derrida.
Québécois de naissance et Acadien d'adoption, David Lonergan a enseigné au secondaire (1966-1975), cofondé deux troupes de théâtre professionnel (La Famille Corriveau à Longueuil, 1973-1977; Pince-Farine en Gaspésie, 1978-1992) pour lesquelles il écrit (seul ou en collectif) une vingtaine de pièces dont «Les Otages» (1987). Parallèlement, il travaille dans des journaux, à la radio et à la télévision, et publie divers ouvrages dont «Blanche» (roman, 1989) et «La Bolduc, la vie de Mary Travers» (1992). En 1994, il déménage à Moncton où il travaille pour différents organismes culturels. Depuis 2001, il enseigne le journalisme et l’histoire du théâtre à l’Université de Moncton. Il a publié «La création à cœur : l’histoire du théâtre l’Escaouette» (2000), «L’homme qui était sans couleurs» (2003), et participé à la création d’«Ode à l’Acadie» (2004) comme recherchiste et auteur des textes. Depuis novembre 1994, il tient une chronique sur la production culturelle acadienne dans le quotidien L’Acadie Nouvelle, et a publié plusieurs articles sur la littérature.
Élisabeth Vonarburg est une des figures les plus marquantes de la science-fiction québécoise. Elle est reconnue tant dans la francophonie que dans l'ensemble du monde anglo-saxon et la parution de ses ouvrages est toujours considérée comme un événement.  Outre l’écriture de fiction, Élisabeth Vonarburg pra­ti­que la traduction (la Tapisserie de Fionavar, de Guy Gavriel Kay), s’adonne à la critique (no­tam­ment dans la revue Solaris) et à la théorie (Comment écrire des histoires).  Depuis 1973, Élisabeth Vonarburg a fait de la ville de Chicoutimi son port d’attache.
Du même auteur
Recherche
Recherche détaillée
Catalogue
Livraison gratuite
Certificats cadeaux
Top 5 - meilleure vente
  1. Couverture du livre Lambeau (Le) - Lançon Philippe - 9782072689079 version électronique disponible
    Lambeau (Le) Lançon Philippe 37,95 $
  2. Couverture du livre Leurs enfants après eux - Mathieu Nicolas - 9782330108717 version électronique disponible
    Leurs enfants après eux Mathieu Nicolas 39,95 $
  3. Couverture du livre Sorcières: la puissance invaincue des femmes - CHOLLET MONA - 9782355221224
    Sorcières: la puissance invaincue des femmes CHOLLET MONA 28,95 $
  4. Couverture du livre Moi, ce que j'aime, c'est les monstres - Ferris Emil - 9782896943739
    Moi, ce que j'aime, c'est les monstres Ferris Emil 39,95 $
  5. Couverture du livre Vingt-trois secrets bien gardés - TREMBLAY MICHEL - 9782330119294
    Vingt-trois secrets bien gardés TREMBLAY MICHEL 14,95 $

Logo_gallimard_footer
Paprika
© 2001-2018 - Gallimard Montréal