🔎 suivez-nous sur Facebook Instagram
english

Accueil  / Catalogue  / Les écrits. No. 155, Printemps 2019

Les écrits. No. 155, Printemps 2019

No. 155, Été 2019

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

À télécharger
À télécharger

Éditeur : Les écrits Date de parution : 16 octobre 2019 EAN13 / ISBN :

9782924558317

Couverture du livre Les écrits. No. 155, Printemps 2019 - LAGNY ISABELLE - 9782924558317
feuilleter
agrandir
À télécharger
À télécharger

Ce qu’en dit l’éditeur
Le cent-cinquante-cinquième numéro de la revue Les écrits vous propose un parcours varié, alliant récits, poésie et réflexions littéraires. Lisez d’abord le second texte de l’écrivaine en résidence Evelyne de la Chenelière où il est question d’écouter des films vieux et français. Suivent l’arnaque, le mensonge, le deuil, la disparition, la peine et l’errance dans six récits à l’écriture évocatrice. Découvrez trois poètes néerlandais : Kreek Daey Ouwens, Han van der Vegt et Hélène Gelèns, présentés et traduits par Jan H Mysjkin. Poursuivez votre périple poétique avec les mots de Paul Bélanger, Yannick Resch, Clémence Dumas-Côté, Jonas Fortier et Sonia Anguelova. Le numéro se clôt par deux essais : l’un, un texte de Michel van Schendel retrouvé dans ses archives, texte établi et édité par Pierre Ouellet, l’autre, De filmer et d’écrire vrai par André-Guy Robert et le récit du chemin vers la lecture de Laurier Lacroix, historien de l’art. Des œuvres de Catherine Seghers accompagnent le numéro.
Biographie
Danielle Fournier est née à Montréal où elle vit toujours. Parmi les livres qu'elle a publiés au Québec soulignons : Personne d'autre que l'amour et Langue éternelle (Le  Noroît), Ne me dis plus jamais qui je suis (Trois), Objets : cris et Poèmes perdus en Hongrie (VLB éditeur), finaliste du Grand Prix du Festival international de poésie de Trois-Rivières et prix Alain-Grandbois de l'Académie des lettres du Québec, et Il n'y a rien d'intact dans ma chair (l'Hexagone), finaliste du Prix du Gouverneur général. Danielle Fournier a aussi publié des récits, L'empreinte (VLB éditeur), Le chant unifié (Leméac), un essai sur la littérature et le féminin, Dire l'autre (Fides) et effleurés de lumière (l'Hexagone), lauréat des Prix littéraires du Gouverneur général, catégorie poésie. Elle a publié en France Projet d'un amour, entre autres choses, occidental (Brandes), Dans le roc, la blessure du vent (Aumage) et Je reconnais la patience de l'arbre (Tarabuste). De plus, elle a codirigé l'anthologie Lignes de métro (VLB éditeur), qui réunissait des écrivains de Belgique, de France, du Québec et de la Suisse, ainsi qu'un numéro de la revue Estuaire (Jour de marché) dont le thème était « Le chant des villes », et qui a donné lieu à un spectacle à Paris dans le cadre du Printemps des poètes, en 2006. Plus récemment, elle a fait paraître « Rêver Québec » dans la revue L'Arbre à paroles (Belgique).
Danielle Fournier a participé à de nombreux événements en lien avec la poésie au Québec et à l'étranger. Elle a été écrivaine en résidence à Saorge, en France (au printemps 2004), poète invitée par le Printemps des poètes à Grasse et à Saorge (au printemps 2004 et en 2008) et invitée à la Semaine de la Francophonie à Gênes (toujours au printemps 2004). L'été de la même année, son écriture a fait l'objet d'une présentation d'Annie Leclerc suivie d'une lecture à la Maison des écrivains à Paris. Écrivaine invitée en Hongrie, aux Universités Pázmany Péter, Piliscaba, Pécs et Szeged (à l'automne 1998, puis en 2004), elle a aussi enseigné et présenté son travail en Roumanie, à Iasi, Galati et Konstanza. De plus, elle a été invitée par La Traductière, festival franco-anglais de poésie dirigé par Jacques Rancourt dans le cadre du Marché de la poésie, au Printemps des poètes et aux Parvis poétiques (été 2005). En 2007, elle a pris part au Festival de poésie de Namur et de Bron, puis, à l'automne, elle a prononcé une conférence sur la littérature des femmes au Québec à la Technische Universität de Berlin et a participé à une lecture de poésie à Innsbruck en compagnie de Nicole Brossard. Au printemps 2008, elle était présente au Printemps des poètes à Alger et, pour la deuxième fois, au Printemps poétique de La Suze-sur-Sarthe, en France.
Elle a donné des conférences à l'Université du Québec à Montréal, à l'Université de Montréal, à l'Université de Sherbrooke et à l'Université d'Ottawa et a participé au Festival international de poésie de Trois-Rivières à de nombreuses reprises. Elle a enseigné la littérature durant plusieurs années au collège et à l'université.
Laurier Lacroix est professeur d’histoire de l’art et de muséologie à l’UQÀM. Spécialiste de l’art au Québec, il a préparé de nombreuses expositions portant sur l’art historique (Ozias Leduc) ou contemporain (Marc Garneau, Pierre Dorion, Irene F. Whittome).
Louise Marois naît à Montréal en 1960. Adore les hangars et les ruelles de son enfance et déteste l’école. Elle barbouille, dessine, puis écrit de la poésie. Son premier recueil, La peau des yeux, reçoit le Prix Jacqueline-Déry-Mochon. Depuis, elle se consacre à l’écriture pour ne pas mourir et dessine pour vivre. AU NOROÎT, J’élève des soleils (2019) est son premier recueil.
Paul Bélanger est originaire de Lévis et habite Montréal. Il a publié plusieurs recueils de poésie et de la prose, dont Les jours de l’éclipse (Québec-Amérique, 2003 : finaliste du Prix du Gouverneur-Général et mention d’excellence de la Société des écrivains Canadiens) et Le passeur du palais des ombres. Cahier de Fernando Pessoa à Montréal (Éditions du silence, 2010). Certains de ses poèmes ont paru dans des anthologies, d’autres dans des traductions en espagnol, en portugais et en anglais. Paul Bélanger est directeur littéraire des Éditions du Noroît depuis 1991. AU NOROÎT, il a publié Répit (collection « Résonnance », 2009 : Prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec), Origines des méridiens (2005 : finaliste aux Prix Saint Sulpice de la revue Estuaire, Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec, ainsi qu’au Prix du Gouverneur Général), Fenêtre et ailleurs, précédé de L’oubli du monde (réédition 2002), Périphéries (1999), Retours suivi de Minuit, l’aube (1991) et Projets de Pablo (1988). Il a également dirigé les collectifs Traversée des feux. Autour de l’œuvre de Khosro (collection « Chemins de traverse », 2012), Nous voyagerons au cœur de l’être. Autour d’Hélène Dorion (collection « Chemins de traverse », 2004) et Saint-Denys Garneau. La clef de lumière (collection « Chemins de traverse », 2004).
Né en Haïti et élevé à Jonquière, Stanley Péan est écrivain et journaliste. Il vit à Montréal.
Née à Sofia, capitale de la Bulgarie, Sonia Anguelova a immigré au Québec en 1971. Après avoir appris le français, elle a complété des études universitaires tout en écrivant. Elle a vécu à Québec, en Gaspésie et habite à Montréal depuis 1999. Elle a publié le roman Sans retour et le recueil de poésie TOTEMS aux Éditions Miramar; Eux autres, un recueil de nouvelles a été publié chez Christian Feuillette et Abécédaire des années d’exil, chez Lanctôt éditeur.
Clémence Dumas-Côté est née à Montréal en 1986. Après des études en interprétation à l’École nationale de théâtre du Canada, elle a complété une maîtrise en création littéraire.
Du même auteur
Recherche
Recherche détaillée
Catalogue
Livraison gratuite
Certificats cadeaux
Top 5 - meilleure vente
  1. Couverture du livre Voyageuse de nuit (La) - ADLER LAURE - 9782246826019
    Voyageuse de nuit (La) ADLER LAURE 32,95 $
  2. Couverture du livre Anomalie (L') - Le Tellier Hervé - 9782072895098 version électronique disponible
    Anomalie (L') Le Tellier Hervé 37,95 $
  3. Couverture du livre Une terre promise - Obama Barack - 9782213706122
    Une terre promise Obama Barack 49,95 $
  4. Couverture du livre Em - Thúy Kim - 9782764813294
    Em Thúy Kim 24,95 $
  5. Couverture du livre Nos oiseaux - Dupont Éric - 9782925059080
    Nos oiseaux Dupont Éric 27,95 $


© 2001-2020 - Gallimard Montréal