suivez-nous sur Facebook Instagram
english

Accueil  / Catalogue  / Littérature  / Romans Policiers  / Nous cheminons entoures de fantomes aux fronts troues

Nous cheminons entoures de fantomes aux fronts troues

Disponible sur commande Disponibilite_info
Si ce titre est disponible à Montréal, nous le recevrons dans les 5 jours (week-ends et jours fériés exclus) et vous l’expédierons dès sa réception. Si ce titre n’est pas disponible à Montréal, la commande prendra entre 4 à 6 semaines. Si ce titre est manquant, nous ne pourrons vous l’obtenir que si une réimpression est en cours. Le délai de commande est alors incertain. La date de livraison dépend du délai d'acheminement de la poste, qui varie selon la destination. Pour une livraison au Québec, le délai habituel est de un à trois jours.

Éditeur : SEUIL Collection : FICTION & CIE Date de parution : 01 janvier 1993 Rayon : POLICIER BROCHE Format : Broché EAN13 / ISBN :

9782020195713

Couverture du livre Nous cheminons entoures de fantomes aux fronts troues - VILAR JEAN-FRANCOIS - 9782020195713
feuilleter
agrandir
Disponible sur commande Disponibilite_info
Si ce titre est disponible à Montréal, nous le recevrons dans les 5 jours (week-ends et jours fériés exclus) et vous l’expédierons dès sa réception. Si ce titre n’est pas disponible à Montréal, la commande prendra entre 4 à 6 semaines. Si ce titre est manquant, nous ne pourrons vous l’obtenir que si une réimpression est en cours. Le délai de commande est alors incertain. La date de livraison dépend du délai d'acheminement de la poste, qui varie selon la destination. Pour une livraison au Québec, le délai habituel est de un à trois jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
Où l'on retrouve Victor B., le photographe de presse qui aime tant les chats, héros nonchalant des romans noirs de Jean-François Vilar. Victor rentre à Paris, après trois années de captivité à l'étranger. Nous sommes en novembre 1989 et le mur de Berlin commence à s'écrouler. Son compagnon de détention, Alex Katz, est tué quelques jours plus tard sous les yeux de Victor qui ne croit pas une seconde à la thèse de l'accident. L'affaire se noue au fur et à mesure de l'entrée en scène de divers personnages, certains séduisants, d'autres moins. D'abord Solveig, la journaliste d'origine tchèque ; ensuite Abigail Stern, qui était la maîtresse de Katz et qui confie à Victor un journal intime écrit par Alfred Katz, le père d'Alex, pendant l'année 1938. Et puis, il y a le flic, Laurent, étrange et insistant, et un réalisateur de télévision un peu hors de course. Le temps, comme l'histoire, peut se faire plus ou moins transparent. On suivra, d'une même lecture, le drame présent et l'amour de Solveig et de Victor, tandis que celui-ci, chaque soir, dévore le journal d'Alfred Katz, nous faisant ainsi revivre son histoire d'amour avec la jolie Mila, prostituée à ses heures et modèle nu favori de Man Ray. Les surréalistes sont là, et les trotskystes : ce sont eux, bien sûr, les fantômes aux fronts troués qui seront assassinés les uns après les autres par la police de Staline. Les deux récits, celui de 1938 et celui de 1989, vont peu à peu se rapprocher, jusqu'à se fondre littéralement en une magnifique scène d'amour et de déambulation dans le square de la tour Saint-Jacques, une nuit où la peur et la beauté auront la même façon de s'exprimer : la chasse, en effet, n'a jamais cessé. Elle aurait même tendance à reprendre. Comment échapper aux flics déguisés, aux femmes qui sont des agents doubles, à l'histoire qui vous trompe ? Et, surtout, qui était Alfred Katz ?
Biographie
Né en 1947, Jean-François Vilar vit à Paris et à Prague.
Il est l'auteur d'une dizaine de romans particulièrement marquants, dont Bastille Tango (dont la première édition date de 1986 aux Presses de la Renaissance), Les Exagérés et Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués (1989 et 1993, " Fiction et Cie ", Le Seuil), où la mémoire de notre siècle, qu'elle soit politique ou artistique, resurgit à chaque page. Depuis son premier livre, C'est toujours les autres qui meurent (grand prix du Roman noir Télérama en 1981, initialement publié dans la collection " Fayard Noir " en 1982, et réédité chez Babel), Jean-françois Vilar s'est fait une place singulière, d'abord parmi les auteurs de romans noirs, où il jouit d'un prestige intact, ensuite dans le paysage littéraire français, où il a su captiver un deuxième public, fervent et fidèle.
Il et désormais régulièrement traduit dans une dizaine de langues.
Du même auteur
Recherche
Recherche détaillée
Catalogue
Livraison gratuite
Certificats cadeaux
Top 5 - meilleure vente

Logo_gallimard_footer
Paprika
© 2001-2017 - Gallimard Montréal