suivez-nous sur Facebook Instagram
english

Accueil  / Catalogue  / Mœbius no 136 : « Ouvrir le XXIe siècle. 80 poètes québécois et français » février 2013

Mœbius no 136 : « Ouvrir le XXIe siècle. 80 poètes québécois et français » février 2013

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

À télécharger Disponibilite_info
À télécharger

Éditeur : Moebius Collection : Moebius Date de parution : 17 décembre 2013 EAN13 / ISBN :

9782897410018

Couverture du livre Mœbius no 136 : « Ouvrir le XXIe siècle. 80 poètes québécois et français » février 2013 - GAGNON MADELEINE - 9782897410018
feuilleter
agrandir
À télécharger Disponibilite_info
À télécharger

Biographie
Yolande Villemaire est à la fois poète et romancière. Son oeuvre lui a valu de nombreuses distinctions, dont le prix des Jeunes écrivains du Journal de Montréal pour La vie en prose, le prix Edgar-Lespérance et le prix de poésie Gatien-Lapointe–Jaime-Sabines (Québec-Mexique). Chacun de ses livres nous transporte dans des espaces-temps multiples et inattendus. L’auteure a publié plus de vingt-cinq titres depuis 1974, dont plusieurs sont traduits en anglais, en italien et en espagnol. Le rose des temps est son onzième roman.
Claude Beausoleil est né à Montréal en 1948. Poète et critique, depuis la parution d'Intrusion ralentie, en 1972, il est l'auteur d'une soixantaine de titres. De la poésie expérimentale à l'investissement d'un chant aux accents lyriques, cette œuvre polyphonique affirme la même recherche d'une musique faisant du poème le lieu d'une exploration singulière en quête d'un rythme individuel et universel.
Jean Royer a cofondé en 1976 la revue Estuaire, qui reste un carrefour de la poésie québécoise. Il a dirigé les pages culturelles du journal Le Devoir, à Montréal, où il a été critique littéraire de 1977 à 1991. Il a ensuite dirigé les Éditions de l’Hexagone jusqu’en 1998. Historien de la littérature, il a publié plusieurs anthologies, dont Le Québec en poésie, chez Gallimard. Poète, il a fait paraître une douzaine de recueils de poésie depuis 1966, dont Jours d’atelier, Le Chemin brûlé, Depuis l’amour, Le Lien de la terre et, plus récemment, Le Visage des mots. L’ensemble de sa poésie lui a valu le prix Claude-Sernet en France et le prix Alain-Grandbois au Québec. Il a été reçu membre de l’Ordre des francophones d’Amérique en 1998. Jean Royer est président de l’Académie des lettres du Québec et de la Rencontre québécoise internationale des écrivains.
Née à Montréal en 1945, Denise Desautels a publié, au Québec et à l’étranger, plus de trente recueils de poèmes et livres d’artistes qui lui ont valu de nombreux prix littéraires, notamment le prix Quebecor du Festival International de Poésie de Trois-Rivières pour Leçons de Venise (Le Noroît, 1991), le prix du Gouverneur général du Canada pour Le saut de l'ange (Le Noroît et L'Arbre à paroles, 1992), et les prix de la Société des écrivains canadiens et de la Société Radio-Canada pour Tombeau de Lou (Le Noroît, 2000). À l’automne 2004, Mémoires parallèles, une anthologie de son travail poétique — choix et présentation de Paul Chamberland —, paraissait aux Éditions du Noroît.
Écrivain et poète, Philippe Delaveau est né en 1950. Il a reçu en 2000 le Grand prix de poésie de l’Académie française et en 2010 le Grand prix de poésie de la SGDL pour l’ensemble de son œuvre. L’essentiel de son œuvre est publié aux Éditions Gallimard, dont, récemment, Infinis brefs avec leurs ombre (collection blanche, 2001), Instants d’éternité faillible (collection blanche, 2004), Son nom secret d’une musique (collection blanche, 2008), Ce que disent les vents (collection blanche, 2011).
Né à Valleyfield en 1946, Jean-Paul Daoust a signé plus d’une trentaine d’ouvrages dont plusieurs ont été récompensés par des prix prestigieux, dont le Prix du Gouverneur général du Canada (Les cendres bleues) et le Grand Prix Quebecor du Festival international de la Poésie de Trois-Rivières (Le vitrail brisé).
Poète, romancier et diseur, Anthony Phelps est né en Haïti et vit à Montréal depuis 1964. Son oeuvre, une vingtaine de titres, a été traduite en allemand, anglais, catalan, espagnol, italien, japonais et russe. Son quatrième roman, La contrainte de l'inachevé, a été publié en 2006.
Poète, romancière, essayiste lauréate de plusieurs prix littéraires, Nicole Brossard signe ici son dixième roman, après notamment Le désert Mauve (1987), Baroque d'aube (1995), et Hier (2001). Ses livres sont traduits en plusieurs langues.
Poète, romancier, essayiste, critique, nouvelliste, Hugues Corriveau présente une feuille de route impressionnante, ponctuée de prix et distinctions. Il a enseigné la littérature au Collège de Sherbrooke pendant trente ans.
Danielle Fournier est née à Montréal où elle vit toujours. Parmi les livres qu'elle a publiés au Québec soulignons : Personne d'autre que l'amour et Langue éternelle (Le  Noroît), Ne me dis plus jamais qui je suis (Trois), Objets : cris et Poèmes perdus en Hongrie (VLB éditeur), finaliste du Grand Prix du Festival international de poésie de Trois-Rivières et prix Alain-Grandbois de l'Académie des lettres du Québec, et Il n'y a rien d'intact dans ma chair (l'Hexagone), finaliste du Prix du Gouverneur général. Danielle Fournier a aussi publié des récits, L'empreinte (VLB éditeur), Le chant unifié (Leméac), un essai sur la littérature et le féminin, Dire l'autre (Fides) et effleurés de lumière (l'Hexagone), lauréat des Prix littéraires du Gouverneur général, catégorie poésie. Elle a publié en France Projet d'un amour, entre autres choses, occidental (Brandes), Dans le roc, la blessure du vent (Aumage) et Je reconnais la patience de l'arbre (Tarabuste). De plus, elle a codirigé l'anthologie Lignes de métro (VLB éditeur), qui réunissait des écrivains de Belgique, de France, du Québec et de la Suisse, ainsi qu'un numéro de la revue Estuaire (Jour de marché) dont le thème était « Le chant des villes », et qui a donné lieu à un spectacle à Paris dans le cadre du Printemps des poètes, en 2006. Plus récemment, elle a fait paraître « Rêver Québec » dans la revue L'Arbre à paroles (Belgique).
Danielle Fournier a participé à de nombreux événements en lien avec la poésie au Québec et à l'étranger. Elle a été écrivaine en résidence à Saorge, en France (au printemps 2004), poète invitée par le Printemps des poètes à Grasse et à Saorge (au printemps 2004 et en 2008) et invitée à la Semaine de la Francophonie à Gênes (toujours au printemps 2004). L'été de la même année, son écriture a fait l'objet d'une présentation d'Annie Leclerc suivie d'une lecture à la Maison des écrivains à Paris. Écrivaine invitée en Hongrie, aux Universités Pázmany Péter, Piliscaba, Pécs et Szeged (à l'automne 1998, puis en 2004), elle a aussi enseigné et présenté son travail en Roumanie, à Iasi, Galati et Konstanza. De plus, elle a été invitée par La Traductière, festival franco-anglais de poésie dirigé par Jacques Rancourt dans le cadre du Marché de la poésie, au Printemps des poètes et aux Parvis poétiques (été 2005). En 2007, elle a pris part au Festival de poésie de Namur et de Bron, puis, à l'automne, elle a prononcé une conférence sur la littérature des femmes au Québec à la Technische Universität de Berlin et a participé à une lecture de poésie à Innsbruck en compagnie de Nicole Brossard. Au printemps 2008, elle était présente au Printemps des poètes à Alger et, pour la deuxième fois, au Printemps poétique de La Suze-sur-Sarthe, en France.
Elle a donné des conférences à l'Université du Québec à Montréal, à l'Université de Montréal, à l'Université de Sherbrooke et à l'Université d'Ottawa et a participé au Festival international de poésie de Trois-Rivières à de nombreuses reprises. Elle a enseigné la littérature durant plusieurs années au collège et à l'université.
Pierre Ouellet est né à Québec en 1950. Poète, romancier, essayiste, il a publié une quarantaine de livres et fait paraître une quinzaine d’ouvrages collectifs. Il a reçu le Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie essai à deux reprises, pour « À force de voir ». « Histoire de regards », paru en 2005, et « Hors-temps ». « Poétique de la posthistoire », publié en 2008, le prix Spirale Eva-Le-Grand pour « Où suis-je ? Paroles des Égarés », publié en 2010, le Grand Prix Québecor du Festival international de la poésie pour « Dépositions », paru en 2007 et le prix Ringuet pour « Légende dorée », publié en 1997. Le gouvernement du Québec lui a décerné en 2015 le prix Athanase-David pour l’ensemble de son œuvre.
Depuis 1968, Roger Des Roches a créé un univers littéraire à nul autre semblable. Sa poésie est une source d’inspiration pour toute une génération de poètes. En 2013, le Gouvernement du Québec lui a attribué le prix Athanase-David pour l’ensemble de son œuvre.
Né à Montréal en 1946, Pierre Nepveu est poète, essayiste et romancier et il a enseigné la littérature à l’Université de Montréal de 1978 à 2009. Il a consacré de nombreux travaux critiques à la littérature et à la poésie québécoise contemporaine dans des ouvrages comme Les mots à l’écoute (réédition Nota Bene 2002) et L’écologie du réel (Boréal, 1988; 1999). Essayiste, il est aussi l’auteur d’Intérieurs du Nouveau Monde, qui a obtenu le prix du Gouverneur général en 1998, de Lectures des lieux et d’un recueil de ses chroniques de poésie parues dans le magazine Spirale, La poésie immédiate aux Éditions Nota Bene (2008). Il a fait paraître avec Laurent Mailhot en 2007 une nouvelle édition de l’anthologie La poésie québécoise des origines à nos jours(Typo). Comme poète, il est notamment l’auteur de Romans-fleuves et Lignes aériennes, parus aux Éditions du Noroît et qui ont tous deux obtenu le prix du Gouverneur général, en 1997 et 2002. La rétrospective de son œuvre poétique, Le sens du soleil. Poèmes 1969-2002, a été publiée aux Éditions de l’Hexagone. Depuis plusieurs années, il se consacre, avec Marie-Andrée Beaudet, à l’édition de l’œuvre éparse de Gaston Miron, dont il prépare en même temps la biographie. Il a obtenu du Gouvernement du Québec le prix Athanase-David pour l’ensemble de son œuvre en 2005. Il est membre de l’Académie des lettres du Québec.
Gilles Cyr est né en Gaspésie en 1940. Ses livres sont publiés aux Éditions de l'Hexagone depuis 1978. Des choix de ses poèmes ont paru en allemand, en anglais, en arabe, en coréen, en espagnol, en géorgien, en italien, en néerlandais, en persan et en russe. Il a traduit, en collaboration, trois livres de poésie coréenne et un livre de poésie iranienne ainsi que des poèmes de langue anglaise, espagnole, géorgienne, italienne et polonaise. Il a reçu le Prix du Gouverneur général, catégorie poésie (1992), la bourse d'écriture Gabrielle-Roy (1999) et, avec Han Daekyun, le prix de l'Institut coréen de traduction littéraire (2001).
Paul Chanel Malenfant a reçu de nombreux prix comme poète, entre autres le Prix du Gouverneur général, le Grand Prix de la Société Radio-Canada, le prix Alain-Grandbois et le prix Arthur-Buies. Il est aussi critique, romancier, et il a préparé plusieurs anthologies. Il est membre de l’Académie des lettres du Québec.
Louise Cotnoir, poète, nouvelliste, essayiste et maintenant romancière, est l’auteure de vingt et une oeuvres. Elle est finaliste, en 2006, pour le Prix littéraire du Gouverneur général (poésie), grâce à Les îles (Éditions du Noroît). Auteure plurielle, elle a fait paraitre un diptyque poétique aux Éditions du Noroît autour de la notion de soeur, dont le premier volet, Les soeurs de, en 2011 et le second, Vanessa Bell, soeur de Virginia Woolf, en 2016. En 2009, elle publie Le cahier des villes (L’instant même), un recueil de nouvelles qui complète sa Trilogie des villes amorcée en 1993 avec La déconvenue, puis Carnet américain (2003). Le frère d’Antigone est son premier roman.
Martine AUDET est l’auteure de plusieurs livres de poésie et de deux albums pour enfants. Elle participe à différents événements littéraires et artistiques et ses poèmes paraissent régulièrement dans des ouvrages collectifs du Québec ou d’ailleurs. Entre autres distinctions, elle a reçu le prix Alphonse-Piché, le prix Estuaire des Terrasses St-Sulpice, le prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec et a été, par trois fois, finaliste au prix du Gouverneur général ainsi qu’à celui du Festival de poésie de Trois-Rivières. Liant parfois photographie et peinture à son écriture, elle a également illustré le livre de poèmes pour enfants de Michel Van Schendel. AU NOROÎT, elle a publié «Tête première / Dos / Contre dos» (2014), «Des voix stridentes ou rompues» (2013), «Orbites» (2011), «Doublures» (1998) et «Les murs clairs» (collection «Initiale», 1996).
Danny Plourde est né à Saint-Jean-sur-Richelieu en 1981. Il a obtenu un baccalauréat en études littéraires de l'Université du Québec à Montréal où il poursuit une maîtrise en création.
Jacques Brault, né à Montréal en 1933, est poète, romancier et essayiste. Traduite en plusieurs langues, son œuvre a reçu de nombreuses distinctions dont le prix Alain-Grandbois, le prix Athanase-David et le Prix du Gouverneur général du Canada, ainsi que les prix Duvernay (1978) et Gilles-Corbeil (1996). AU NOROÎT, il a publié Dans la nuit du poème (coll. « Chemins de traverse », 2011), L’Artisan (2006, Prix des Écrivains francophones d’Amérique), Transfiguration (avec E.D. Blodgett, coll. « Résonance », 1998, Prix du Gouverneur général, catégorie traduction), Au bras des ombres (coll. «Résonance», 1997), Au fond du jardin (coll. «Chemins de traverse», 1996), Il n’y a plus de chemin (1990, prix Alain-Grandbois), Moments fragiles (coll. «Résonance», [1984] 2000), Ductus (1984), Trois fois passera, précédé de Jour et nuit (1981), Vingt-quatre murmures en novembre (1980) et Poèmes des quatre côtés (1975). Trois choix de ses poèmes ont également paru : Poèmes, dans un choix et une présentation de Louise Dupré (coll. « Ovale », 2000) ; Poèmes choisis (1965-1990), dans un choix et une présentation d’Yvon Rivard, accompagnés d’une préface d’Hélène Dorion (coll. « Ovale », 1996) ;  Poèmes I : Mémoire – La poésie ce matin – L’en dessous l’admirable (1986).
Monique DELAND, poète et critique littéraire, a reçu plusieurs prix dont, récemment, le prix Alain-Grandbois de l’Académie des Lettres du Québec (pour Miniatures, balles perdues et autres désordres, Noroît, 2008) ainsi que le prix Félix-Antoine-Savard 2010. Elle est actuellement membre du comité de rédaction de la revue Les écrits, ainsi que membre élue à l’Académie des Lettres du Québec. AU NOROÎT, elle a publié «La nuit, tous les dieux sont noirs» (2014), «Généalogie des corps surpeuplés» (2011), «Miniatures, balles perdues et autres désordres» (2008, prix Alain-Grandbois), «Le Nord est derrière moi» (2004) et «L’intuition du rivage» (2000). photo de l'auteure : Michel Biron
Novelist, poet, critic and editor, Fulvio Caccia is the author of four recently published novels La ligne gothique (2004), La coïncidence (2005), Le secret (2006) and La frontiére tatouée (2008) (Triptyque editions), and one poetry collection Italie et autres voyages (Noroît/Bruno Doucey publishers 2010). He is the editor of La transculture et ViceVersa (Triptyque 2010). Fulvio Caccia lives presently in Paris after having resided in Canada for over twenty five years.
Robert Giroux a exercé pendant plus de vingt-cinq ans le double métier de professeur de lettres et d’éditeur littéraire. Depuis 1980, il dirige avec passion les Éditions Triptyque et la revue Mœbius. Il a à son actif de nombreux ouvrages de réflexion sur la littérature et la chanson francophone. Il a aussi publié une dizaine de recueils de poésie, dont et pourtant (2011), et collaboré à de nombreuses revues littéraires. Choriste contagieux, il pratique le chant comme un exercice de vie.

Critique d’art, essayiste et commissaire d’exposition, Sylvain Campeau est aussi poète.
Il a publié 5 recueils de poésie, un essai sur la photographie (Chambres obscures. Photographie et installation) et une anthologie de poètes québécois (Les Exotiques, Herbes rouges, 2003). Deux essais ont paru récemment: Chantiers de l’image, aux éditions Nota Bene et Imago Lexis. Sur Rober Racine, aux éditions Triptyque. En qualité de critique d’art, il a collaboré à Parachute, ETC Montréal (devenu ETC), C Magazine, Vie des arts, CV Photo (devenu Ciel Variable), Spirale. À ce titre et à celui d’essayiste, il est l’auteur de nombreux textes parus dans des monographies d’artiste, des catalogues d’expositions et des revues étrangères (France, Espagne).

Diane-Ischa Ross publie depuis plus de vingt ans poèmes, essais, articles et récits. Son écriture rejoint tantôt l’art pictural (Dans un coffret de silence, 1986), tantôt la musique (In memoriam, 1991), tantôt le théâtre (Un cœur sous la cendre, 1997) et continue d’être diffusée en revues. Elle a fait paraître chez Triptyque Ces yeux mis pour des chaînes (2003, prix Rina-Lasnier 2006), Fors le silence (2006, finaliste du prix Alain-Grandbois 2007), noir blanc nabis (2009), ainsi que Disparaître et l’été (2012). Diane-Ischa Ross publie depuis plus de vingt ans poèmes,
Jean-Marc Desgent est né à Montréal en 1951. Depuis 1974, il a fait paraître une vingtaine de titres et remporté de nombreux prix dont le Grand Prix du FIPTR et le Prix du Gouverneur Général.
Née dans l’Outaouais, Dominique Robert vit à Montréal, où elle partage son temps entre l’enseignement du français, son implication dans le milieu de l’édition et l’écriture. Poète, nouvelliste et romancière, La cérémonie du Maître est le huitième ouvrage qu’elle publie aux Herbes rouges.
Benoit Jutras est né à Montréal. Il remporta le prix Émile-Nelligan pour son premier recueil, Nous serons sans voix. Ses trois autres titres, L’étang noir, L’année de la mule et Verchiel, lui ont valu d’être finaliste à de nombreux prix.
Né à Montréal en 1956, José Acquelin est poète. De Tout va rien (L’Hexagone, 1987) à L’absolu est un dé rond (Les Herbes rouges, 2006), sa trajectoire ne cesse d’étonner par son alliage d’urbanité et d’onirisme, d’Orient et d’Occident, laissant libre cours à des associations verbales qui n’excluent pas la conscience tragique du monde. Il a publié avec Joséphine Bacon, chez Mémoire d’encrier, le recueil Nous sommes tous des sauvages en 2011.
Née à Montréal en 1978, Véronique Cyr travaille en francisation des nouveaux arrivants et dans le réseau des bibliothèques de Montréal. Forêt d’indices est son cinquième recueil de poésie.
Hélène Dorion a publié plus d’une vingtaine de livres. Son œuvre, traduite et publiée dans une quinzaine de pays, lui a valu plusieurs distinctions et prix littéraires. Elle a reçu le prix Anne-Hébert pour son récit Jours de sable. En 2005, elle a été la première Québécoise à se voir décerner le prix de l’Académie Mallarmé, remis pour l’ensemble de son œuvre à l’occasion de la parution de Ravir : les lieux, qui lui a aussi valu le prix du Gouverneur général du Canada. En 2006, elle a été reçue à l’Académie des lettres du Québec, et en 2007, elle est décorée de l’Ordre national du Québec. En 2009, elle a obtenu le prix Charles-Vildrac de la Société des Gens de Lettres de France, pour son livre Le Hublot des heures.
Louis-Philippe Hébert explore dans ses romans et ses nouvelles, et même dans sa poésie, l’envers de l’humanité. Il braque un éclairage cru sur un univers où, derrière l’étonnante beauté aseptisée d’une société sans attente véritable et sans douleur, se cachent l’angoisse, la peur et un effroyable sentiment de vide. Sa pièce de théâtre Je suis un chien est l’aboutissement de cette démarche. Les relations de soumission et de domination dans le couple, autrefois subtiles et déguisées, éclatent au grand jour. Une pièce troublante par l’auteur de Celle d’avant, celle d’après, Buddha Airlines, La Séparation et La bibliothèque de Sodome.
Philosophe et écrivain, Michaël La Chance est professeur d'histoire et de théorie de l'art à l'Université du Québec à Chicoutimi.
Paul Bélanger est originaire de Lévis et habite Montréal. Il a publié plusieurs recueils de poésie et de la prose, dont Les jours de l’éclipse (Québec-Amérique, 2003 : finaliste du Prix du Gouverneur-Général et mention d’excellence de la Société des écrivains Canadiens) et Le passeur du palais des ombres. Cahier de Fernando Pessoa à Montréal (Éditions du silence, 2010). Certains de ses poèmes ont paru dans des anthologies, d’autres dans des traductions en espagnol, en portugais et en anglais. Paul Bélanger est directeur littéraire des Éditions du Noroît depuis 1991. AU NOROÎT, il a publié Répit (collection « Résonnance », 2009 : Prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec), Origines des méridiens (2005 : finaliste aux Prix Saint Sulpice de la revue Estuaire, Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec, ainsi qu’au Prix du Gouverneur Général), Fenêtre et ailleurs, précédé de L’oubli du monde (réédition 2002), Périphéries (1999), Retours suivi de Minuit, l’aube (1991) et Projets de Pablo (1988). Il a également dirigé les collectifs Traversée des feux. Autour de l’œuvre de Khosro (collection « Chemins de traverse », 2012), Nous voyagerons au cœur de l’être. Autour d’Hélène Dorion (collection « Chemins de traverse », 2004) et Saint-Denys Garneau. La clef de lumière (collection « Chemins de traverse », 2004).
Poète, essayiste et psychiatre, Joël Des Rosiers est né aux Cayes (Haïti) en 1951, et vit au Québec depuis l’adolescence. Il a fait de la caye la figure la plus présente, la plus fragile et la plus émouvante de son univers poétique. Il est l’auteur d’une œuvre considérée comme l’une des plus importantes de la poésie en langue française des dix dernières années, en raison de son érudition, de sa maîtrise du langage et d’un projet poétique lucide qu’il a élaboré dans un essai intitulé Théories caraïbes. Poétique du déracinement (Triptyque, 2009 [1996]). Sa poésie est parcourue «d’un amour de la langue qui est science, médecine et sensualité» (François Hébert). Depuis 1987, les Éditions Triptyque ont publié tous ses recueils de poésie. Son œuvre a reçu de nombreux prix et distinctions, notamment le Prix du Festival international de poésie et le Grand Prix du livre de Montréal pour Vétiver. Son essai Métaspora. Essai sur les patries intimes (Triptyque, 2013), le prix MLA for Independant Scholars. Il fut lauréat du prix Athanase-David en 2011 pour l’ensemble de son œuvre.
Louise Dupré a fait paraître des textes dans un grand nombre de publications au Québec, au Canada anglais et à l’étranger. Auteure d’une quinzaine de titres, qui lui ont valu de nombreux prix et distinctions, elle a signé huit recueils de poésie dont Noir déjà (le Noroît, 1993), Tout près (le Noroît, 1998) et Une écharde sous ton ongle (le Noroît, 2004). Elle a aussi publié des livres d’artiste, les romans La memoria (XYZ, 1996) et La Voie lactée (XYZ, 2001). Elle est professeure au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal.
Poète et artiste visuel, Michel Côté a publié ses recueils et ses livres d’artiste aux Éditions Triptyque, du Noroît, Roselin et à l’URDLA (France). Ses œuvres sur papier sont exposées au Canada, en France et au Japon. Plusieurs de ses ouvrages ont été récompensés par des prix : il a été notamment finaliste du Concours national de livres d’artiste du Canada pour Blanc/noir et blanc, lauréat de l’Alcuin Citation Awards (Vancouver) pour À force de silence, finaliste du prix Imadate museum (Japon) pour Le jour comme un souffle, finaliste du prix Odyssée (Québec) pour Au commencement la lumière, lauréat du prix Loto-Québec pour L’autre Chine et du prix littéraire Le Droit-poésie pour L’intranquille gravité, ainsi que récipiendaire d’une mention d’excellence de la Société des écrivains francophones d’Amérique pour Depuis, tout a grandi.
Poète, essayiste, voyageur, André Velter est né en 1945. Il a notamment publié aux Éditions Gallimard L’Arbre-Seul, Le Haut-Pays, La Vie en dansant, L’Amour extrême, Midi à toutes les portes, Jusqu’au bout de la route et, avec Ernest Pignon-Ernest, Zingaro suite équestre (2005), Extases (2008), Pour l’amour de l’amour (2015).
Joël POURBAIX est né au Québec d’un père Belge et d’une mère Luxembourgeoise. Il publie depuis plus de vingt-cinq ans une œuvre personnelle qui oscille entre poème et récit. Il a travaillé dans le milieu de la librairie pendant près de vingt ans avant d’œuvrer dans le domaine du développement commercial et culturel à Montréal. AU NOROÎT, il a publié «Le mal du pays est un art oublié» (2014), «Dictature de la solitude» (2008), «Les morts de l’infini» (2005), «Labyrinthe 5» (2003), «Disparaître n’est pas tout» (2001), «Les enfants de Mélusine» (1999), «On ne naît jamais chez soi» (1996), «La survie des éblouissements»(1994), «Voyage d’un ermite et autres révoltes» (1992), «Le simple geste d’exister» (1989), «Sous les débris du réel» (1985).
Du même auteur
Recherche
Recherche détaillée
Catalogue
Livraison gratuite
Certificats cadeaux
Top 5 - meilleure vente
  1. Couverture du livre I'm your man  : la vie de Leonard Cohen - SIMMONS SYLVIE - 9782924720257 version électronique disponible
    I'm your man : la vie de Leonard Cohen SIMMONS SYLVIE 34,95 $
  2. Couverture du livre Derniers souverains - Simard Emmanuel - 9782924671092
    Derniers souverains Simard Emmanuel 16,00 $
  3. Couverture du livre Habitude des bêtes (L') - TREMBLAY LISE - 9782764625156 version électronique disponible
    Habitude des bêtes (L') TREMBLAY LISE 19,95 $
  4. Couverture du livre Dévoration des fées (La) - LALONDE CATHERINE - 9782896983261 version électronique disponible
    Dévoration des fées (La) LALONDE CATHERINE 18,95 $
  5. Couverture du livre Huit montagnes (Les) - COGNETTI Paolo - 9782234083196
    Huit montagnes (Les) COGNETTI Paolo 32,95 $
Nos événements littéraires
  • 25-10-2017 Lancement // Maxime Raymond Bock, Les noyades secondaires

    Lancement du nouveau recueil d'histoires de Maxime Raymond Bock, Les noyades secondaires. Le libraire Sébastien Lefebvre animera pour l'occasion une causerie avec l'auteur.

    Mercredi 25 octobre, 17h30. suite

  • 26-10-2017 Causerie // Michèle Ouimet - L'heure mauve

    La librairie Gallimard vous invite à rencontrer Michèle Ouimet à l'occasion de la parution de L'heure mauve aux éditions du Boréal. Le jeudi 26 octobre à 18h. suite

Club de lecture
Espace jeunesse
Service aux institutions

Logo_gallimard_footer
Paprika
© 2001-2017 - Gallimard Montréal