suivez-nous sur Facebook Instagram
english

Accueil  / Catalogue  / Les écrits. No. 151, Automne 2017
Ce qu’en dit l’éditeur
Que fait l’art à la littérature ? Comment l’écriture s’enrichit-elle de la rencontre avec d’autres formes de création artistique ? Comment l’écrivain s’y prend-il pour traduire et rendre lisible la démarche d’un musicien ou celle d’un peintre ? La relation esthétique avec les objets d’art peut-elle servir de modèle pour penser le rapport aux textes littéraires ? Ce sont ces questions – et bien d’autres encore – que pose le présent numéro, en variant les points de vue et les prises de parole, mélangeant réflexion, hommage et témoignage, poésie et récit, textes et images. Le numéro comprend notamment un dossier « Écrire l’art », avec des textes d'Herménégilde Chiasson, de Nancy R. Lange et de Stéphane Lambert, et un dossier « Hommage à Louise Viger » composé de textes brefs écrits par dix-sept auteurs différents autour de l’oeuvre de l’artiste qui illustre le numéro.
Biographie
Née à Montréal en 1945, Denise Desautels a publié, au Québec et à l’étranger, plus de trente recueils de poèmes et livres d’artistes qui lui ont valu de nombreux prix littéraires, notamment le prix Quebecor du Festival International de Poésie de Trois-Rivières pour Leçons de Venise (Le Noroît, 1991), le prix du Gouverneur général du Canada pour Le saut de l'ange (Le Noroît et L'Arbre à paroles, 1992), et les prix de la Société des écrivains canadiens et de la Société Radio-Canada pour Tombeau de Lou (Le Noroît, 2000). À l’automne 2004, Mémoires parallèles, une anthologie de son travail poétique — choix et présentation de Paul Chamberland —, paraissait aux Éditions du Noroît.
Catherine Mavrikakis est née à Chicago en 1961 et vit à Montréal depuis toujours. Elle est l'auteure de quatre romans et d'un oratorio, Omaha Beach (2008). Son plus récent livre, le retentissant Ciel de Bay City, lui a valu le Grand Prix de la Ville de Montréal en 2008. http://catherinemavrikakis.com/
Poète, romancière, essayiste lauréate de plusieurs prix littéraires, Nicole Brossard signe ici son dixième roman, après notamment Le désert Mauve (1987), Baroque d'aube (1995), et Hier (2001). Ses livres sont traduits en plusieurs langues.
Poète, romancier, essayiste, critique, nouvelliste, Hugues Corriveau présente une feuille de route impressionnante, ponctuée de prix et distinctions. Il a enseigné la littérature au Collège de Sherbrooke pendant trente ans.
Danielle Fournier est née à Montréal où elle vit toujours. Parmi les livres qu'elle a publiés au Québec soulignons : Personne d'autre que l'amour et Langue éternelle (Le  Noroît), Ne me dis plus jamais qui je suis (Trois), Objets : cris et Poèmes perdus en Hongrie (VLB éditeur), finaliste du Grand Prix du Festival international de poésie de Trois-Rivières et prix Alain-Grandbois de l'Académie des lettres du Québec, et Il n'y a rien d'intact dans ma chair (l'Hexagone), finaliste du Prix du Gouverneur général. Danielle Fournier a aussi publié des récits, L'empreinte (VLB éditeur), Le chant unifié (Leméac), un essai sur la littérature et le féminin, Dire l'autre (Fides) et effleurés de lumière (l'Hexagone), lauréat des Prix littéraires du Gouverneur général, catégorie poésie. Elle a publié en France Projet d'un amour, entre autres choses, occidental (Brandes), Dans le roc, la blessure du vent (Aumage) et Je reconnais la patience de l'arbre (Tarabuste). De plus, elle a codirigé l'anthologie Lignes de métro (VLB éditeur), qui réunissait des écrivains de Belgique, de France, du Québec et de la Suisse, ainsi qu'un numéro de la revue Estuaire (Jour de marché) dont le thème était « Le chant des villes », et qui a donné lieu à un spectacle à Paris dans le cadre du Printemps des poètes, en 2006. Plus récemment, elle a fait paraître « Rêver Québec » dans la revue L'Arbre à paroles (Belgique).
Danielle Fournier a participé à de nombreux événements en lien avec la poésie au Québec et à l'étranger. Elle a été écrivaine en résidence à Saorge, en France (au printemps 2004), poète invitée par le Printemps des poètes à Grasse et à Saorge (au printemps 2004 et en 2008) et invitée à la Semaine de la Francophonie à Gênes (toujours au printemps 2004). L'été de la même année, son écriture a fait l'objet d'une présentation d'Annie Leclerc suivie d'une lecture à la Maison des écrivains à Paris. Écrivaine invitée en Hongrie, aux Universités Pázmany Péter, Piliscaba, Pécs et Szeged (à l'automne 1998, puis en 2004), elle a aussi enseigné et présenté son travail en Roumanie, à Iasi, Galati et Konstanza. De plus, elle a été invitée par La Traductière, festival franco-anglais de poésie dirigé par Jacques Rancourt dans le cadre du Marché de la poésie, au Printemps des poètes et aux Parvis poétiques (été 2005). En 2007, elle a pris part au Festival de poésie de Namur et de Bron, puis, à l'automne, elle a prononcé une conférence sur la littérature des femmes au Québec à la Technische Universität de Berlin et a participé à une lecture de poésie à Innsbruck en compagnie de Nicole Brossard. Au printemps 2008, elle était présente au Printemps des poètes à Alger et, pour la deuxième fois, au Printemps poétique de La Suze-sur-Sarthe, en France.
Elle a donné des conférences à l'Université du Québec à Montréal, à l'Université de Montréal, à l'Université de Sherbrooke et à l'Université d'Ottawa et a participé au Festival international de poésie de Trois-Rivières à de nombreuses reprises. Elle a enseigné la littérature durant plusieurs années au collège et à l'université.
Martine AUDET est l’auteure de plusieurs livres de poésie et de deux albums pour enfants. Elle participe à différents événements littéraires et artistiques et ses poèmes paraissent régulièrement dans des ouvrages collectifs du Québec ou d’ailleurs. Entre autres distinctions, elle a reçu le prix Alphonse-Piché, le prix Estuaire des Terrasses St-Sulpice, le prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec et a été, par trois fois, finaliste au prix du Gouverneur général ainsi qu’à celui du Festival de poésie de Trois-Rivières. Liant parfois photographie et peinture à son écriture, elle a également illustré le livre de poèmes pour enfants de Michel Van Schendel. AU NOROÎT, elle a publié «Tête première / Dos / Contre dos» (2014), «Des voix stridentes ou rompues» (2013), «Orbites» (2011), «Doublures» (1998) et «Les murs clairs» (collection «Initiale», 1996).
Monique DELAND, poète et critique littéraire, a reçu plusieurs prix dont, récemment, le prix Alain-Grandbois de l’Académie des Lettres du Québec (pour Miniatures, balles perdues et autres désordres, Noroît, 2008) ainsi que le prix Félix-Antoine-Savard 2010. Elle est actuellement membre du comité de rédaction de la revue Les écrits, ainsi que membre élue à l’Académie des Lettres du Québec. AU NOROÎT, elle a publié «La nuit, tous les dieux sont noirs» (2014), «Généalogie des corps surpeuplés» (2011), «Miniatures, balles perdues et autres désordres» (2008, prix Alain-Grandbois), «Le Nord est derrière moi» (2004) et «L’intuition du rivage» (2000). photo de l'auteure : Michel Biron
Artiste engagée et ambassadrice littéraire pour l’organisme Eau Secours, la poète Nancy R. Lange a été lauréate en 2013 des Grands Prix littéraires le Nord et du Prix d’excellence de la ville de Saint-Jérôme avec une suite poétique tirée de ce recueil. Ces textes, intégrés dans cinq montages photographiques de Françoise Belu qui a conçu le visuel du présent livre, sont exposés en permanence au musée C.I.Eau (Centre d’Interprétation de l’eau) de Laval. Suite à l’invitation du compositeur lavallois Gilbert Patenaude qui a mis en musique Les Cantiques de l’eau, à l’occasion des célébrations du 50e anniversaire de Laval, la poète offre aujourd’hui son projet final. « Voici ma prière pour l’eau, une prière sans église, avec la nature pour chapelle ».
France MONGEAU a publié une douzaine de livres de poésie dont trois livres d’artiste. Elle collabore à différentes revues et manifestations littéraires au Québec et à l’étranger. Son recueil «La chambre verte» (Forges / Mantis Editores, 2007) a été finaliste au prix Alain-Grandbois. France Mongeau est professeure de littérature au Collège Édouard-Montpetit. AU NOROÎT, «Les heures réversibles» est son premier recueil. photo de l'auteure : Todd Picard
Annie Lafleur est née en 1980 à Montréal. Elle a publié Prolégomènes à mon géant (2007) et Handkerchief (2009) au Lézard amoureux; Rosebud (2013) et Bec-de-lièvre (2016) au Quartanier. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Estuaire et collabore comme critique d’art à Spirale et à Espace art actuel. Elle travaille comme coordonnatrice dans un centre d’exposition.
Poète, romancière et essayiste, France Théoret a été membre du comité de rédaction de la revue La Barre du jour de 1967 à 1969, cofondatrice du journal féministe Les Têtes de pioche en 1976 et du magazine culturel Spirale, qu’elle a dirigé de 1981 à 1984. Elle a publié une vingtaine de titres, dont Une belle éducation, Les apparatchiks vont à la mer Noire et Écrits au noir (chez Remue-ménage). Elle a reçu, en 2012, le Prix Athanase-David, pour l'ensemble de sa carrière.
Isabelle Gaudet-Labine a grandi dans la campagne lanaudoise, mais elle vit et travaille actuellement à Montréal. Elle a fait paraître le recueil Des ombres en formes d’oiseaux en 2005, aux Éditions du Noroît. Elle participe à de nombreux événements littéraires à Montréal, dans diverses régions du Québec, et à Paris. Elle a publié dans les revues Estuaire, Moebius et quelques-uns de ses poèmes ont été traduits en espagnol dans la revue en ligne El coloquio de los perros. Entre la chair et l’acier est son deuxième livre.

François Turcot est l’auteur de Mon dinosaure (2013), Cette maison n’est pas la mienne (prix Émile-Nelligan 2009), Derrière les forêts (finaliste du prix Émile-Nelligan 2008) et miniatures en pays perdu (2006), tous publiés aux éditions La Peuplade. On retrouve ses poèmes dans New American Writing, Estuaire, Exit, dandelion, Le livre de chevet, Riveneuve Continents, Aufgabe, Action Yes, filling Station, Nor, C’est selon et ses articles dans les Cahiers littéraires Contre-jour. Ses poèmes ont fait l’objet de traductions vers l’anglais, l’allemand et le polonais.
 

Invité en Pologne à l’hiver 2011 par l’Association internationale des études québécoises (AIEQ), il a livré une série de conférences intitulée D’où je parle. Poésie et édition au Québec. En 2012, il est reçu en résidence d’écriture à la Biennale de sculpture de Saint-Jean-Port-Joli, en association avec le Musée de la mémoire vivante. François Turcot vit à Montréal et enseigne la littérature au collégial. Il est membre de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ).

Diane Régimbald vit à Montréal. Elle a collaboré à plusieurs revues et a participé à des manifestations littéraires au Québec, en Europe et en Amérique latine. Elle a réalisé des résidences d’écriture à Amsterdam (2006) et à Amay en Belgique (2010). Certains de ses textes sont traduits en catalan et en espagnol. AU NOROÎT, elle a publié Pas (2009), Des cendres des corps (2007), Pierres de passage (2003) et La seconde venue (tableaux de Kamila Wozniakowska, collection « Initiale », 1993).
Louise Dupré a fait paraître des textes dans un grand nombre de publications au Québec, au Canada anglais et à l’étranger. Auteure d’une quinzaine de titres, qui lui ont valu de nombreux prix et distinctions, elle a signé huit recueils de poésie dont Noir déjà (le Noroît, 1993), Tout près (le Noroît, 1998) et Une écharde sous ton ongle (le Noroît, 2004). Elle a aussi publié des livres d’artiste, les romans La memoria (XYZ, 1996) et La Voie lactée (XYZ, 2001). Elle est professeure au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal.
Marc André BROUILLETTE est l’auteur de plusieurs recueils de poésie et livres d’artistes. Professeur au Département d’études littéraires de l’UQÀM, il a publié une étude intitulée Spatialité textuelle dans la poésie contemporaine. Gilles Cyr, Jean Laude et Anne-Marie Albiach (Nota Bene, 2010) et l’ouvrage collectif Des textes dans l’espace public (Passage, 2014) ; il est responsable du site voué aux œuvres littéraires dans l’espace public canadien [plepuc.org]. Il a reçu le Prix Desjardins en 1995 pour son recueil Carnets de Brigance (Noroît, 1994) et le Prix Louis-Guillaume 2005, Prix du poème en prose (France), pour M’accompagne (Noroît, 2005). AU NOROÎT, il a publié «Ta voix là» (2014), «M'accompagne» (2005), «Vent devant» (2001), «Carnets de brigance» (1994) et «Les champs marins» (1991).
Herménégilde Chiasson est un créateur multidisciplinaire dont la somme des créations est prodigieuse. Écrivain, il signe des dizaines de livre dans à peu près tous les genres et notamment, on le reconnaît comme un des fondateurs de la poésie acadienne moderne. Artiste visuel, il a participé à plus d’une centaine d’expositions et ses œuvres sont dans de nombreuses collections. Cinéaste, il a réalisé une quinzaine de films. Dramaturge, il signe une vingtaine de pièces dramatiques et comiques. De surcroît collaborateur et mécène auprès de nombreuses institutions, il joue un rôle de premier plan dans le développement du milieu culturel en Acadie. Il a remporté le prix du Gouverneur général pour la poésie, le prix France-Acadie, le titre de Chevalier de l’ordre français des Arts et des Lettres, l’Ordre des francophones Amérique, le Grand Prix de la francophonie canadienne, le prix Antonine-Maillet-Acadie Vie et d’autres encore. Il a été lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick de 2003 à 2009.
Antoni Clapés est né à Sabadell (Catalogne) en 1948. Poète et essayiste, il a publié une vingtaine de recueils et collabore régulièrement à plusieurs journaux et revues littéraires. Il a traduit plusieurs poètes francophones vers le catalan dont René Char, Claude Beausoleil, Denise Desautels, Nicole Brossard, Danielle Collobert, Philippe Jaccottet, Christian Bobin et Alphonse Rabbe. Il a dirigé la Sala Tres, un espace dédié à l’Art Contemporain (1970-1974) et Les edicions dels dies (1980 – 1986). Il est également fondateur de Cafè Central qu’il dirige depuis 1989 – une maison d’édition de poésie. En 2012, il recevait le prix de traduction Mots Passants pour sa traduction de Tombeau de Lou de Denise Desautels. AU NOROÎT, il a publié «L’architecture de la lumière» (traduit par Denise Desautels, Collection «Dialogues», 2014).
Du même auteur
Recherche
Recherche détaillée
Catalogue
Livraison gratuite
Certificats cadeaux
Top 5 - meilleure vente
  1. Couverture du livre Un été avec Homère - TESSON SYLVAIN - 9782849905500
    Un été avec Homère TESSON SYLVAIN 26,95 $
  2. Couverture du livre Mon frère - PENNAC DANIEL - 9782072786303 version électronique disponible
    Mon frère PENNAC DANIEL 24,95 $
  3. Couverture du livre Album Simone de Beauvoir - COLLECTIF - 9782070179534
    Album Simone de Beauvoir COLLECTIF 39,95 $
  4. Couverture du livre Disparition de Stéphanie Mailer (La) - Dicker Joël - 9791032102008
    Disparition de Stéphanie Mailer (La) Dicker Joël 32,95 $
  5. Couverture du livre Qui a tué mon père - Louis Édouard - 9782021399431
    Qui a tué mon père Louis Édouard 19,95 $

Logo_gallimard_footer
Paprika
© 2001-2018 - Gallimard Montréal