suivez-nous sur Facebook
english

Accueil  / Catalogue  / Littérature  / Poésie  / Fouilles

Fouilles

Disponible sur commande Disponibilite_info
Si ce titre est disponible à Montréal, nous le recevrons dans les 5 jours (week-ends et jours fériés exclus) et vous l’expédierons dès sa réception. Si ce titre n’est pas disponible à Montréal, la commande prendra entre 4 à 6 semaines. Si ce titre est manquant, nous ne pourrons vous l’obtenir que si une réimpression est en cours. Le délai de commande est alors incertain. La date de livraison dépend du délai d'acheminement de la poste, qui varie selon la destination. Pour une livraison au Québec, le délai habituel est de un à trois jours.

Éditeur : POL Date de parution : 09 février 1999 Rayon : POESIE Format : Broché EAN13 / ISBN :

9782867446535

Couverture du livre Fouilles - JULIET CHARLES - 9782867446535
feuilleter
agrandir
Disponible sur commande Disponibilite_info
Si ce titre est disponible à Montréal, nous le recevrons dans les 5 jours (week-ends et jours fériés exclus) et vous l’expédierons dès sa réception. Si ce titre n’est pas disponible à Montréal, la commande prendra entre 4 à 6 semaines. Si ce titre est manquant, nous ne pourrons vous l’obtenir que si une réimpression est en cours. Le délai de commande est alors incertain. La date de livraison dépend du délai d'acheminement de la poste, qui varie selon la destination. Pour une livraison au Québec, le délai habituel est de un à trois jours.

Ajouter au panier
papier
44,95 $
pdf Cadenas Livre protégé par DRM, Cliquez ici pour plus d'info.
28,99 $
Panier
Ce qu’en dit l’éditeur
« Cet ouvrage regroupe quatre recueils de poèmes parus à différentes époques chez un autre éditeur. La majorité de ces textes disent certains instants de cette interminable aventure qu'est la quête de soi. Nés pour la plupart d'un moment d'abattement, de révolte, de haine de soi, de perdition, il arrive malgré tout qu'ils traduisent parfois de brèves secondes de plénitude et d'exultation. Les poèmes de Fouilles, les premiers que j'ai écrits, ont dû voir le jour de 1960 à 1965 et font écho à maintes notes du Journal rédigées à la même époque. Ce titre s'est imposé tout naturellement. Il désigne ces explorations que j'effectuais dans la nuit de la substance interne. Il fallait au préalable couper les entraves, démanteler appuis et défenses, défoncer le sous-sol, et c'est pourquoi ils sont d'une tonalité assez sombre. Le chemin s'est poursuivi et les poèmes qui composent L'oeil se scrute ont continué de recueillir ce que je vivais. L'oeil dont il est question est cet oeil invisible à l'aide duquel on cherche à se voir, se percevoir, à identifier ce que recèle le magma intérieur. Le regard qui émane de cet oeil doit faire retour sur lui-même, afin de dissoudre ce qui détermine sa vision. Une fois clarifié, l'oeil ne dénature plus ce qu'il observe ou pénètre. Mais ce travail qui consiste à l'épurer est un travail sans fin, car toujours à recommencer. La plupart de ces textes m'ont été dictés par la voix intérieure et la signification de certains m'a longtemps échappé. Ainsi n'ai-je pleinement compris ceux qui ont trait à ma mère que quelque vingt ans plus tard, après avoir mis le point final à Lambeaux. Ce que j'écrivais et poursuivais, exigeait qu'en écrivant ces poèmes je me défie du "poétique", me tienne à une langue simple et nue, exempte de tout lyrisme et tout effet. Les pages qui achèvent cet ouvrage ont été écrites à une époque où le sens de l'aventure dans laquelle j'étais engagé commençait à m'apparaître, où je pouvais prendre une vue d'ensemble de ce en quoi elle consistait, où j'étais enfin devenu capable de la projeter dans des mots. Une telle aventure ne comporte aucun terme. C'est jusqu'à la mort qu'il faut cheminer. Chaque matin, tout recommence. Plus on progresse, et plus recule ce que passionnément on souhaite atteindre. Mais plus l'oeil s'affûte, mieux l'être est armé pour le combat, et plus souvent lui est-il donné de connaître ces états de claire et grave abondance qui l'emplissent de gratitude à l'égard de la vie. Au début, la lumière recherchée est lente à éclore. Pour signifier qu'elle est éloignée, qu'elle demeure longtemps prise dans la brume, qu'elle risque à tout instant de s'éteindre, j'ai donné pour titre à ces pages Une lointaine lueur. A l'instar des poèmes, elles disent la quête de soi, évoquent les doutes, peurs, fourvoiements, lâchetés, aléas, retraits, moments de désarroi et de désespoir qui la ponctuent. Dan la première séquence, c'est le moi-je qui s'exprime. Il appartient encore au groupe de ses semblables et a du mal à s'en détacher. C'est le temps de la confusion. Du déchirement entre le besoin de rester à l'abri du nombre et le désir de vivre une aventure personnelle, de partir à la découverte de soi, de conquérir liberté et lumière. Dans la deuxième séquence, le tu apparaît. Il indique une prise de distance de l'être par rapport à lui-même. Temps de solitude, d'épuisement, de détresse. Tout semble impossible. La ténèbre est au plus opaque et l'être s'écroule, renonce, s'abandonne. C'est l'agonie. La traversée de la mort. Une mort qui semble effective. Qui affecte tant l'âme que le corps. Dans la troisième séquence, le il intervient. Il marque la naissance d'un être nouveau qui sait désormais dans quelle direction il lui faut avancer. Une prise de conscience s'effectue. Alors qu'il acquiesce à ce qu'il est, une force lui vient. Et une tendre lueur finit par luire à l'horizon. »
Biographie
Charles Juliet est né en 1934. Élevé par une famille de paysans suisses auprès de laquelle il avait été placé, il entre à 12 ans dans une école militaire puis est admis à l’École de Santé Militaire de Lyon, où il reste trois ans, avant d’abandonner ses études pour se consacrer à l’écriture. L’exploration intérieure est au cœur de son œuvre poétique et fictionnelle, amenant le poète vers la trace de la mère disparue, la voie de l’origine. Et renaître ainsi à la vie. Depuis 1995, date de la sortie de son premier livre, Fragments, il a publié, chez POL, Lambeaux, un texte autobiographique et Traversée de nuit (1997), Lueur après labour (1997), Ténèbres en terre froide (2000), L’Incessant (2002)… et plus récemment, Moisson (2012), Lumières d’automne, Apaisement, Traversée de nuit (2013).
Du même auteur
Recherche
Recherche détaillée
Catalogue
Livraison gratuite
Certificats cadeaux
Top 5 - meilleure vente
Nos événements littéraires
  • 30-03-2017 Rencontre avec le collectif AJAR

    Venez rencontrer le collectif AJAR le 30 mars prochain à 17h30. Six membres du groupe viennent nous présenter leur roman, l'auteure fictive Esther Montandon, ainsi que leurs principes d'écriture collective. suite

  • 12-04-2017 Causerie avec Robert Lalonde et Michael Delisle

    Les Éditions du Boréal et la librairie Gallimard vous invitent à une causerie avec Robert Lalonde et Michael Delisle, animée par Jean Bernier. Le mercredi 12 avril à 17h30. suite

Club de lecture
Espace jeunesse
Service aux institutions

Logo_gallimard_footer
Paprika
© 2001-2017 - Gallimard Montréal