suivez-nous sur Facebook Instagram
english

Accueil  / Catalogue  / Littérature  / Littérature anglaise  / Écart (L')

Écart (L')

Disponible en librairie Disponibilite_info
Nous vous expédierons votre commande dès son traitement (week-ends et jours fériés exclus). La date de livraison dépend du délai d'acheminement de la poste, qui varie selon la destination. Pour une livraison au Québec, le délai habituel est de un à trois jours.

Éditeur : GLOBE Date de parution : 05 octobre 2018 Rayon : LITTERATURE ANGLAISE Format : Broché EAN13 / ISBN :

9782211235402

Couverture du livre Écart (L') - Liptrot Amy - 9782211235402
feuilleter
agrandir
Disponible en librairie Disponibilite_info
Nous vous expédierons votre commande dès son traitement (week-ends et jours fériés exclus). La date de livraison dépend du délai d'acheminement de la poste, qui varie selon la destination. Pour une livraison au Québec, le délai habituel est de un à trois jours.

À lire
« Amy Liptrot est née aux Orcades, un archipel isolé situé au nord de l’Écosse, où le vent et la mer ne forment qu’un seul élément. Après avoir passé son enfance entre les moutons de la ferme de ses parents, les abruptes falaises et des milliers d’oiseaux marins, et rêvant d’un avenir célèbre à Londres, Amy décide de tout quitter pour aller à la conquête de la grande métropole. Or, cette quête s’avère plus difficile que ce qu’elle avait prévu : l’incapacité de garder son poste de travail, l’instabilité amoureuse, les changements constants de logement et la difficulté à tisser des liens sociaux solides sont les conséquences de la maladie qui va la détruire : l’alcoolisme. L’Écart est le retour aux sources ; la découverte d’une nature extrême et palpitante ; une longue introspection sans auto-complaisance, ni intransigeance ; le choix difficile de prendre un chemin différent mais nécessaire à celui que la vie semble avoir mis sous les pieds d’Amy, qui avance à tâtons. Un premier roman éblouissant.  »

extrait sélectionné

Une de mes amies m’a confié qu’à la mort de sa mère, quand elle était encore enfant, son père avait décidé d’emmener toute la famille en vacances aux États-Unis. Une fois sur place, m’a-t-elle dit, ce jeune veuf, père de trois orphelins, « ne faisait rien d’autre que conduire », écrasé par le chagrin. Dans certaines circonstances, on ne pense pas être capable d’avancer, mais on avance quand même. On ne fait « que conduire », histoire de s’occuper les mains et l’esprit en attendant que la vie reprenne son cours et que le temps fasse son oeuvre, révélant peu à peu la forme que prendra notre existence dans les années à venir. J’avance d’un carré à l’autre sur la carte, kilomètre par kilomètre. Et je sens peu à peu s’atténuer la sensation de malaise et de vertige qui pesait sur ma poitrine. Le seul fait d’être en mouvement me soulage et m’apaise, comme à Londres, lorsque je passais des nuits entières à bicyclette. Un soir, je m’avoue à moi-même que je suis plus calme, plus « normale ». Et que j’ai une chance folle de vivre et de travailler dans les Orcades.

Ce qu’en dit l’éditeur
Grande, fine, intrépide et avide de passion, elle vacille, tel un petit navire dans la tempête, elle hésite entre deux destins : se laisser emporter vers le sud, vers ce Londres qui brille, dans la nuit violente qui fait oublier le jour où l’on est trop seul, où tout est trop cher, où le travail manque. Ou se fracasser contre les falaises de l’île natale, dans cet archipel des Orcades battu des vents dont la vie rude lui semble vide et lui fait peur. Elle l’ignore encore mais il existe une troisième voie : écouter résonner l’appel qui la hante, qui vient toucher cette part d’elle assoiffée de grand large, de grand air, de grande beauté. Non pas rester mais revenir. Choisir. Troquer la bouteille assassine contre une thermos de café fort, troquer l’observation narquoise et éperdue de la faune des nuits de fêtes tristes pour la contemplation des étoiles et des nuages, et l’inventaire des derniers spécimens de râle des genêts, un oiseau nocturne comme elle, menacé comme elle, farouche comme elle. Sa voie s’appelle l’Écart. C’est l’humble nom d’une bande côtière où les animaux sauvages et domestiques peuvent se côtoyer loin des regards, où folâtrent des elfes ivres d’embruns. C’est le nom fier de son premier roman.
Biographie
Surnommée « la femme du Roi caille » par les soixante-dix autres résidents de la petite île de Papay, Amy Liptrot est retournée à Orkney pour travailler avec la Société Royale de protection des oiseaux. Elle y enregistre et documente des informations sur le Roi caille – un oiseau rare et secret qui construit son nid dans les hautes herbes et fait le bruit d’une cuillère traînée contre un égouttoir à vaisselle. Elle est la lauréate du PEN Ackerley Prize 2017 et du Wainwright Prize 2016. L’Écart est son premier roman.
Ce livre a été associé à la Vitrine :
Ce livre a été associé à la Vitrine : Les écritures de soi
Ce livre a été associé à la Vitrine : La réalité bien plus étrange que la fiction
Recherche
Recherche détaillée
Catalogue
Livraison gratuite
Certificats cadeaux
Top 5 - meilleure vente
  1. Couverture du livre Lambeau (Le) - Lançon Philippe - 9782072689079 version électronique disponible
    Lambeau (Le) Lançon Philippe 37,95 $
  2. Couverture du livre N'essuie jamais de larmes sans gants - GARDELL JONAS - 9782896943876 version électronique disponible
    N'essuie jamais de larmes sans gants GARDELL JONAS 22,95 $
  3. Couverture du livre Vers la beauté - FOENKINOS DAVID - 9782072784873 version électronique disponible
    Vers la beauté FOENKINOS DAVID 31,95 $
  4. Couverture du livre Qui a tué mon père - Louis Édouard - 9782021399431 version électronique disponible
    Qui a tué mon père Louis Édouard 19,95 $
  5. Couverture du livre Chute des frères Lehman (La) - Massini Stefano - 9782211235136 version électronique disponible
    Chute des frères Lehman (La) Massini Stefano 42,95 $

Logo_gallimard_footer
Paprika
© 2001-2019 - Gallimard Montréal